21/02/2016 la paix packagée

Quand avons-nous dit qu’on allait nous cuisiner « la paix » à toutes les sauces?  C’était en janvier dernier. Probablement dans un mail d’info à propos de Votez la soupe. On a même annoncé qu’elle vous serait pré-mâchée, packagée, marketée à point. Au nom de la paix, il vous faut préparer la guerre, et la déclarer, vous ranger sous les fanions nationalistes plutôt que de voter pour l’universalité, vous résigner sans doute encore et pour longtemps, à compter un marchand d’armes parmi nos sénateurs.

Que de chemin à parcourir n’est-ce pas?…

Avec Votez la soupe, nous avons fait un petit pas en faveur de la paix, intérieure et sociétale. Nous l’avons fait librement, dans des contextes, locaux différents, selon des formules adaptées, certaines retentissantes, d’autres plus intimes. Nous nous sommes retroussé les manches, avons cuisiné, accueilli, joué, créé, vécu ensemble le partage et la fraternité, et ce dans plusieurs points du globe. Certains mots ont pris de la consistance : « désobéissance », « pacifisme », « éducation », « respect », mais aussi « avidité, domination, viol ». Les mots existent, certes, pour alimenter les débats d’idées, mais en matière de marche, il ne s’agit pas de privilégier le verbe et l’intention, au détriment du pas. Par contre il  semble que nous soyons peu habitués à cette sorte de marche, nos corps et nos consciences sont peut être rouillés. Et puis, les doutes sont légitimes, alors on hésite. Agir pour la paix, être en paix, ça ne se trouve pas au rayon des marchandises. Et on hésite d’autant plus que le mouvement n’est pas souhaité par les puissants de ce monde, c’est contraire à leurs intérêts. Et bien, on a quand même marché, un peu. Ça veut dire que c’est possible, que l’humanité peut exprimer sa dignité, que ça nous appartient, que cela ne peut pas nous être pris, et qu’on peut le refaire.

Le refaire? Votez la soupe peut être vu comme un outil ou une alternative, et à l’éclairage de ce qui s’est passé le 29 janvier dernier, nous voilà déterminés, non pas seulement à construire un événement pour 2017, mais à réaliser un cheminement toute l’année, en direction de cet événement. Il nous reste onze mois.

Le bilan 2016 est pour bientôt, mais les grandes lignes en sont déjà connues, et les corrections sont en cours.

L’action pour 2017 est déjà engagée.

Et la porte est largement ouverte, à qui souhaite participer : laserreaorgueil.votezlasoupe@gmail.com

22/01/2016 mondialiser la paix, et donc…

Vendredi 22 janvier : et on y croit, petits moyens ridicules, ensemble d’énergies combinées. Tout est possible. Ici sur l’Isère, nombre de choses peuvent encore être faites. Passer au resto d’à côté, parler de soupe et de paix pour le 29 janvier. Si nous étions 100 à bouger, il en aurait 50 de plus par jour.  Ce n’est pas de faire une soupe qui est compliqué, c’est d’aller vers l’autre.
En Bulgarie, même le rotary club s’y met. La paix concerne tout le monde, bien au delà de nos clivages habituels. Certains pensent qu’il y a urgence. On n’arrive plus à voir l’avenir, on est inquiets pour les gosses. Il faut faire gaffe, c’est une poudrière. On perçoit aussi les effets ricochets des politiques sécuritaires, la peur, l’obéissance aveugle, la résignation. Il y a du replis dans l’air, personne n’ose plus rien. On commente, on s’épuise sans n’avoir encore rien fait.
Nous nous heurtons au consummérisme ambiant qui modèle consciences, et inconscients, et fait de nos corps et valeurs de simples marchandises à mieux packager. On pense aux enjeux territoriaux, à l’exil, à Davos, La France attire les investisseurs, c’est super. Notre industrie de la guerre se porte à merveille, cocorico. La traçabilité des balles et des drones n’est pas à l’ordre du jour, tant pis. Les chinois pensent qu’ils ont un max de pognon à se faire, parce qu’on est rivés à nos smartphones. Pas cons les chinois. Vinci immobilier gèle une partie du parc de logements pour préserver les cours à la hausse. L’impôt compense, certains élus se tordent le chignon à trouver des solutions, mais n’infligent pas aux spéculateurs la fessée cul nu qu’il méritent. Alors en France on meurt de froid sur un parking, seul et honteux. Du coup ya enquête, ben voyons. Bénéfices privés sur le dos du public, c’est un modèle, mais c’est pas avec ça que l’humanité va regagner en dignité.
Mondialisons le respect, le droit à la vie, la fiscalité, l’intéret d’abord publique de l’alimentaire et du pharmaceutique. On entend des appels insensés à la révolution, poindre les condamnations, derrière, arriver la guillotine. Au jeu des échecs on détruit l’adversaire, au jeu de go on assimile ses qualités. La paix est une conquête, mais sa stratégie  ne peut pas passer par la force, user du marketing, violer les esprits, tuer en son nom.
Pour autant les attentes vont aux leaders et aux porte-paroles, aux idées pré-machées. Ya un créneau, et les opportunistes le comprennent, ont des moyens, prennent de l’avance. La paix a le vent en poupe. Ils vont nous faire comme avec le bio, et nous vendre du bicarbonate périssable. On garde le même système?
Le chemin est étroit, certains sentiers sont à tracer. Il nous faut des explorateurs.
Joker Pax : on va trouver. Dans le calme et la collaboration, il faut un cessez le feu.
Commencer par soi-même, ne pas attendre que d’autres en décident, n’autoriser personne à s’ingérer dans nos consciences. Et puis il y a aussi l’action, et là forcément on influe sur les choses, et on s’impose plus ou moins des limites éthiques. Il y a sujet à débat. et il y a aussi urgence à agir.  Certain(es) d’entre nous ne se sont jamais reconnu(es) sous la moindre bannière, et c’est rassurant.
Pourtant dans une semaine nous serons des milliers à dresser les drapeaux blancs pour la paix et partager la soupe. On peut y associer qu’il y aura des milliers de fils qui nous relient et des millions d’inter connections.
Est ce que ça va compter?
– oui sur le fond, on sème, ça va pousser.
– tout de suite non parce que le mouvement est insuffisant, et le pouvoir est aux mains des incendiaires. Il faudra une suite à Votez la Soupe.
– peut être, quand même, parce que la providence nous a offert Joker Pax, un ange sans parole ni sacré, mais déjà au boulot.

21/01/2016 : Joker Pax

Hier : Jeudi 21 janvier, il fut tôt, l’heure encore de s’autoriser quelques rêveries dont celle-ci à partager : lorsqu’on notre esprit est tendu vers quelqu’un, on a parfois la sensation d’être relié par un fil presque palpable. On pourrait y mettre des couleurs, du mouvement, une légère ondulation, , une vibration ou un halo.
Dans cette « pensée », il y a quelque chose qui part de soi vers l’autre, et cet autre n’est pas un sujet, une simple image en 2d, mais une entité vivante, elle-même en mouvement. Si tant est qu’il y ait une réponse, qu’on soit capable de la percevoir, qu’on la laisse nous imprégner, encore faut-il avoir la sagesse de ne pas l’interpréter trop vite… peut -être ne pas la décolorer par nos propres attentes, peut être juste écouter et respecter, juste recevoir.

Là on est seul(e), on suppose qu’il y a quelque chose, qu’on a un rôle à jouer, que tout n’est pas explicable, mais qu’on va faire au mieux. 

Votez la Soupe ensemble partout…on aurait dû ajouter « quelque part ».

Avant hier par exemple, nous étions en lien skype avec Matthieu en Australie, et Velina en Bulgarie.  Nous avons appris qu’il y aurait des soupes au Viet nam, avons évoqué celles de Buenos Aires. On saura peut être combien où et qui le jour même. Par expérience maintenant on sait qu’il faut parfois attendre des mois avant d’avoir les infos. Bon, ça pourrait être autrement, mais c’est déjà tellement bien. Un google map interactif avec des drapeaux blancs, serait pratique. Patso va faire un truc artisanal en attendant.
Nous avons envoyé des mails vers quelques association à Sangatte, d’autres vers des auteurs, vers la famille, histoire de mobiliser le plus de monde possible. Marie Hélène parlait en anglais et en polonais. Lulu s’occupe des traductions manquantes. On fait au mieux, au plus vite, le temps nous manque, nous voudrions être plus nombreux. Louis envoie son dessin, c’est saisissant, on cherche un titre, on trouve un sens : « Joker Pax »
 jokerpax

Hier,  c’était d’abord Steeve au téléphone, les migrants, les questions de fonds, les alternatives,  puis  le marché Marcel Cachin à Fontaine, et l’accueil chaleureux des commerçants. Une dame, des couvertures à donner, un nouveau squat pour sans abris à côté de chez elle, le lien est fait, elle se sent utile, sa générosité est émouvante. On affiche, on flye, on passe au quartier Maisonnat, notre premier point soupe à Fontaine en 2012, et rencontre avec François cuisinier, laossien. Coup de fil de Yohann, qui envoie son poème dans la journée, puis Magid et William à St Bruno Grenoble, question de dynamique dans le quartier, puis avec Gérard avec qui les discussions sur les enjeux sont toujours aussi enrichissantes et documentées. Il y a de la détermination dans l’air, de la douceur aussi, c’est bon à vivre. Flyer afficher continuer. Retour au bercail, regard sur les mails: tous urgents. Au village, rencontre avec un nouvelle association de parents motivés, La soupe, les jeux, les gens, les arts, la joie, la vie. Aurel appelle, il sera là demain pour donner un coup de main avec un copain.  C’est providentiel, Joker Pax s’est mis au boulot.